Plonger dans les heures sombres de l'Argentine avec deux romans - 1ère partie -

C'est en ayant assisté à une conférence sur la mémoire de l'Argentine et de ses bébés volés au moment la dictature de Videla que j'ai eu envie de lire et d'approfondir sur le sujet. J'avais bien évidemment entendu parlé des grands-mères de la place de Mai, de los "niños robados" (les bébés volés) en Argentine mais aussi en Espagne pendant le franquisme mais je n'avais encore jamais lu de romans traitant de ce sujet. 
J'ai alors déniché deux romans, différents mais abordant le même thème: les heures sombres de la dictature en Argentine. 
Il s'agit de:
- Manèges  (sous titre Petite histoire argentine) de Laura Alcoba
- Luz ou le temps sauvage de Elsa Osorio

L'auteur, Laura Alcoba qui a d'ailleurs vécu en Argentine jusqu'à l'âge de 10 ans, y raconte une partie de ce qu'elle a vécu et veut enfin oublier par l'écrit. Ne dit-on pas que l'écriture est une thérapie ? Le prolégomène qu'elle nous livre est rempli d'émotion, de tendresse, de bienveillance.    

Manèges est un tout petit roman qui ressemble plus à une nouvelle. Il se lit comme un journal intime.
Ce qui est remarquable c'est que l'auteur a pris le parti de se placer du point de vue d'un enfant et pas n'importe lequel. C'est une fille de Montoneros qui parle; ces opposants politiques péronistes qui par la guérilla ont tenté de déstabiliser entre 1970 et 1979 la dictature en place. Ces montoneros, dont la devise "libres ou morts mais jamais esclaves" rend compte de leur engagement jusqu'au-boutiste, n'ont d'autres choix que de vivre cachés, dans la clandestinité permanente et la peur d'être pris. D'ailleurs notre petite héroïne débute son récit ainsi : Ma mère m'explique que ça s'appelle "vivre dans la clandestinité": "Maintenant, nous allons vivre dans la clandestinité", voilà exactement ce qu'elle a dit.
Notre héroïne, l'auteur ne lui donne ni de nom et de prénom, nous savons juste qu'elle a 7 ans. Ainsi, au lieu de l'innocence qui doit caractériser tous les enfants de son âge, elle vit dans un univers de non-dit, de secret, de retenu, de peur, de méfiance car ses parents sont des opposants politiques. Malgré elle, elle se trouve emportée par le combat de ses parents. Chaque jour, elle se répète:  Pour la trappe dans le plafond, je ne dirai rien, promis. Ni aux hommes qui pourraient venir poser des questions ni même aux grands-parents. Papa et maman cachent des journaux et des armes là-dedans, mais je ne dois rien dire. (...)  J'ai compris et j'obéirai. Je ne dirai rien. Même si on me tordait le bras ou qu'on me brûlait avec un fer à repasser (...) Moi j'ai compris à quel point il est important de se taire." 
Elle est engagée dans un combat que ses parents lui ont imposé en quelque sorte. Son père incarcéré, sa mère se cache et l'emmène avec elle dans cette vie de fugitives. Elle ne doit pas révéler où elle vit, qui elle est. On la suit avec ses grands-parents, les autres guérilleros amis de ses parents, méfiants envers cette enfant qui peut tout révéler par ce que c'est une enfant...alors même qu'elle essaie simplement de vivre normalement du haut de ses 7 ans. Elle dit d'ailleurs: "Je ne fais qu'être là et assister à tout ça"
 
-> Mon avis:
Ce livre m'a fait beaucoup réfléchir sur plusieurs points et en cela il m'a énormément plu. 
Tout d'abord sur l'engagement idéologique. Il pose alors la question: Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour faire triompher nos convictions ? Quels sacrifices doit-on réaliser ? Est-il légitime d'imposer notre combat à nos enfants ? N'avons-nous pas un devoir de les préserver de cette violence ? L'auteur ne fournit pas de réponse mais questionne. 
Manèges évoque aussi sans détour la violence des mots, la bassesse des comportements humains. Je me souviens d'un passage (mais il y en tant de très bons) très marquant où cette petite fille accompagnée de sa grand-mère va rendre visite à son père en prison. Elle y décrit la fouille obligatoire que subit sa grand-mère. 
Il évoque aussi, et cela m'a énormément interpellé les relations parents-enfants. Je vous conseille de plonger dans ce livre, vous en sortirez grandi et rempli de questions. 

Bonne lecture, bonne découverte. 
N'hésitez pas à laisser votre avis.
Emmanuelle 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

J'ai beaucoup aimé: "Je me suis tue" de Mathieu Menegaux

Mère et fille ont lu et adoré : "les Porteurs tome 3 #Lou" de C.Kueva

J'ai lu : "L'innocence oubliée" de Véronique Videau-Martinez